Close

Journal insoumise

”Outre-Rhin un monstre est né : l’enfant de la finance dérégulée et d’un pays qui s’est voué à elle, nécrosé par le vieillissement accéléré de sa population. Cette alliance est en train de modeler l’Europe à sa main. En fait, l’Allemagne va mal. Le poison allemand est l’opium des riches.” – Jean-Luc Mélenchon

Lire la suite

L'ère du peuple


Le système n’a pas peur de la gauche : il a peur du peuple

Les gilets jaunes

Le Pen et autres démagogues bourgeois ne tarderaient pas à déserter le mouvement, c’est-à-dire à tomber leur masque.

Lire la suite

Référendum d’Initiative Citoyenne


Comment établir une vraie démocratie en France

France


lundi.am – positions & rencontres

La mobilisation des gilets jaunes marque une étape importante dans le développement de la lutte des classes en France. 

Sans parti, sans syndicat, sans organisation préexistante, des centaines de milliers de personnes ont participé à des actions de blocage, balayant d’un revers de main les pseudo-concessions et les menaces du gouvernement. Ils sont soutenus par une grande majorité de la population. Leur détermination est à la hauteur de leur colère et de leurs souffrances. Ils brûlent d’indignation contre un gouvernement qui ne cesse d’accroître la pression fiscale sur les travailleurs, les retraités et les classes moyennes, pendant que les plus riches bénéficient de toutes sortes d’« allègements de charges », de subventions et autres ristournes fiscales. Les gilets jaunes ont parfaitement compris que l’argument de la « transition écologique » n’est qu’un nouveau prétexte pour piller la masse de la population au profit d’une poignée de parasites richissimes.

Ce mouvement est politiquement et socialement hétérogène. Naturellement ! La politique réactionnaire du gouvernement frappe non seulement le salariat, mais aussi les artisans, les petits commerçants, les petits paysans, les professions libérales, les retraités et d’autres couches sociales intermédiaires. L’hétérogénéité sociale et politique du mouvement des gilets jaunes signale précisément sa profondeur. Ce n’est pas une mobilisation de la seule « avant-garde ouvrière », des travailleurs les plus conscients et les plus organisés. C’est un mouvement de masse qui, soudainement, soulève des couches sociales habituellement inertes. Bien sûr, nul ne peut dire jusqu’où il ira. Mais ce qui est clair, c’est qu’un mouvement de cette nature est caractéristique du début d’une révolution. Sur l’île de La Réunion, le mouvement a déjà pris un caractère insurrectionnel.

Lutte de Classe - Lutte Ouvrière

Lutte Ouvrière et les élections

Ces élections ne permet de changer la société car le droit de propriété, fondement du pouvoir de la bourgeoisie, n’est jamais soumis au vote populaire. En réalité, aucune de ces élections ne permet de changer la société car le droit de propriété.

Renverser le capitalisme

Le capitalisme est un régime économique dans lequel les capitaux (usines, banques, exploitations agricoles ou pétrolières, grands moyens de transport et de communication...) appartiennent à des personnes privées constituant la bourgeoisie.

Le communisme

Le communisme est, au fond, une idée simple : mettre en commun toutes les richesses et les moyens de les produire, maîtriser le fonctionnement de l’économie de façon collective et consciente. Aujourd’hui, l’économie est aux mains d’une petite minorité de possédants.

Les États désunis d’Europe

UE, qui regroupe aujourd'hui, Royaume-Uni compris, 28 États et plus de 510 millions d’habitants, semble à l’agonie. Les États-Unis étaient devenus non seulement l’arbitre mais aussi le maître de la situation.